Divers

L’UEFA et Disney partenaires afin de développer le football féminin

Se servir de Disney afin d’augmenter le nombre de jeunes footballeuses : voici l’intention de l’UEFA qui lance ce jeudi 13 février son projet « Playmakers ». Destiné aux filles de 5 à 8 ans, qui ne jouent actuellement pas au football, le projet se concentre sur des jeux impliquant des personnages et des scénarios Disney populaires.

L’UEFA lance le programme Playmakers dans sept pays européens (Écosse, Norvège, Belgique, Pologne, Autriche, Roumanie et Serbie) ce printemps afin d’inspirer des jeunes filles qui ne joueraient pas déjà au football. Articulé autour du film et des personnages des Indestructibles 2, le programme sera ensuite étendu partout en Europe.

L’UEFA s’était déjà engagée à atteindre un objectif ambitieux de doubler le nombre de femmes et de filles pratiquant ce sport d’ici 2024. La tranche des 5-8 ans est justement considérée comme la clé de ce changement. L’objectif de l’instance dirigeante du football européen est de « créer un environnement pour que toutes les filles s’épanouissent et se développent, qu’il s’agisse des habiletés motrices fondamentales, des notions de base du football ou des compétences et valeurs de vie », a affirmé à Reuters Nadine Kessler, responsable du football féminin de l’UEFA.

Pour le moment, les filles ont tendance à se lancer dans ce sport plus tard que les garçons, en pratiquant notamment d’autres activités dès leur plus jeune âge. De manière plus générale, les jeunes filles de 15 à 24 ans sont deux fois moins susceptibles de faire du sport que les hommes du même âge, selon des études de la Commission européenne pour l’éducation, le sport, la jeunesse et la culture.

« Nous pensons vraiment que ce programme unique peut être l’étincelle d’une génération plus active de filles qui aiment le football, a insisté Nadine Kessler […] Ces sessions permettront aux filles de jouer des scènes de leurs films Disney préférés, elles seront habilitées à assumer le personnage et les rôles de leurs héros Disney préférés. »

En se servant des références Disney, Playmakers espère également augmenter la proportion de filles pratiquant le minimum d’exercices physiques conseillé par l’Organisation mondiale de la santé, alors qu’actuellement seuls 16% des jeunes filles atteignent ces standards.

Sources : L’Equipe / UEFA / Reuters

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
P