ITW, Bleuettes

Pauline Dechilly : Avant tout, « reprendre du plaisir ! »

La défenseure de 22 ans, passée par toutes les équipes de France jeunes, vient de quitter Dijon après une saison compliquée. Alors que la D1 féminine ne reprendra pas dans les semaines à venir, la jeune joueuse a hâte de retrouver les terrains. Elle a répondu à nos questions.

Commençons par vos débuts, pourquoi vous êtes-vous intéressée au sport et au football en particulier ?

Pauline Dechilly : Il n’y a pas de raison particulière à mon intérêt pour le sport et le football en particulier. C’est venu comme ça, je jouais avec mes copains et je me suis rapidement faite inscrire par mes parents dans le club de mon village. J’ai juste fait le choix de pratiquer le football parce que j’ai toujours adoré ce sport. Mes proches l’ont très bien accepté et m’ont toujours soutenue.

Quelles sont les équipes ou les joueurs/joueuses qui vous ont donné envie de vous lancer ? Avez-vous des modèles à votre poste ?

Très honnêtement, j’étais assez jeune. J’aimais beaucoup Ronaldinho et Zidane. Aujourd’hui je n’ai pas un joueur auquel je suis attachée en particulier. Je n’ai pas toujours été latérale. À mon poste, il y a des joueurs que j’aime beaucoup comme les Brésiliens Dani Alves et Marcelo, deux plus jeunes comme Alexander-Arnold ou Alphonso Davies qui sont en train d’exploser. Les plus anciens comme Maldini, Cafú ou Roberto Carlos ont vraiment fait de belles carrières…

Quels souvenirs gardez-vous de votre formation ? Et de vos anciens clubs ? Quel a été jusqu’ici le moment le plus fort que vous ayez vécu dans le foot ?

« Le titre de championne d’Europe avec la France U19, c’était incroyable ! »

Je garde de très bons souvenirs au niveau de ma formation, notamment au Pôle France, de Clairefontaine et de l’Insep. C’est quelque chose de nouveau, un quotidien auquel faut s’habituer. Je pense que les meilleures années que j’ai vécu en club ont été mes premières avec les garçons dans le club du village où j’habitais et celles à Metz lorsque j’ai connu la D1 féminine. Mes trois années en Lorraine ont été riches en émotions et pleines de rebondissements. J’ai fait de très belles rencontres aussi.

Mon moment le plus fort est le titre de championne d’Europe en 2016 avec l’équipe de France U19 en Slovaquie. C’était incroyable !

Quelle est votre position de prédilection et comment vous définiriez-vous sur le terrain ?

Je ne pense pas avoir une position de prédilection, j’ai commencé au milieu, ça fait environ 5 ans que je suis passée latérale. Je me sens bien, mais rejouer plus haut ne me dérangerait pas. C’est un peu dur de se définir. Joker, je préfère laisser les personnes qui me connaissent le mieux pour y répondre !

« Le confinement ? J’en ai profité pour avancer sur mes cours et travailler mon mémoire »

Quelles sont vos passions et vos activités à côté du football ? Comment avez-vous vécu le confinement ? Êtes-vous inquiète pour le sport féminin à cause des conséquences économiques du coronavirus ?

À côté du football, je suis des cours par correspondance. Je fais un Bachelor dans le Marketing et la Vente, spécialité Tourisme. Donc ça m’occupe assez. En dehors de ça, j’aime bien écouter de la musique, voyager, sortir avec mes amis… Des choses simples !

Pauline Dechilly lors de France – Pays-Bas U19 ©Instagram de la joueuse

J’ai plutôt bien vécu le confinement. J’en ai profité pour avancer sur mes cours et travailler mon mémoire. Suivre le programme qui était donné par le club pour rester en forme… Je ne suis pas spécialement inquiète, non. J’ai vu qu’il y a déjà eu des aides qui ont été formulées, c’est plutôt positif.

Avez-vous déjà des pistes pour la saison prochaine (Ndlr : Pauline Dechilly a quitté Dijon récemment) ? Quels sont vos objectifs personnels pour les mois à venir ?

J’y travaille, oui. Mes objectifs restent assez simples. Après avoir passé une saison compliquée, je souhaite avant tout reprendre du plaisir et du temps de jeu, ça reste pour moi le plus important.

Pourriez-vous envisager de jouer dans un autre championnat qu’en France ? Si oui, lequel(s) et pourquoi ?

Bien sûr, aujourd’hui le football féminin grandit. Pas seulement en France. Je pense que le championnat anglais et le championnat allemand sont des destinations qui peuvent attirer. Je dirai que le championnat allemand a un temps d’avance sur la France.

« Les championnats anglais et allemand sont des destinations qui peuvent attirer »

Ça reste des championnats où il y a de beaux clubs avec de belles ambitions. Je pense que c’est attirant pour toute footballeuse.

A plus long terme, quels sont vos rêves dans le football ? Porter le maillot de l’équipe de France A ?

Je ne me projette pas vraiment sur les 3, 4 ou 5 prochaines années. Je préfère vivre au jour le jour… L’équipe de France A, c’est le rêve de beaucoup de joueuses. Mais aujourd’hui, mon objectif principal est de reprendre du plaisir et du temps de jeu. Il faut rester réaliste. Mon souhait est seulement de m’éclater dans ce que je fais au quotidien ! Être heureux(se), c’est important avant tout.


Propos recueillis par Jérôme Flury

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
P