Présentation, D1 féminine

Retour sur les 5 dernières confrontations entre le PSG et L’OL

26 août 2020 (demi-finale de C1) : Paris si près si loin  

Cette demi-finale de Ligue des champions s’est jouée sur un seul match, à huis clos. La pandémie mondiale de coronavirus a tout chamboulé. Enfin presque, car les joutes entre le PSG et Lyon sont immuables. Le match fut décevant voire terne. Seule éclaircie dans la nuit : le but de Wendie Renard qui s’est élevée dans les airs pour ouvrir le score juste après l’expulsion de Grace Geyoro (67e). La capitaine avait alors ouvert la voie vers une septième couronne européenne. 

C’est dans la reine des compétitions que les joueuses de la capitale ont instauré ce qui est devenu un classique du championnat. C’était en 2014 lorsque la bande de Farid Benstiti avait réussi l’exploit d’éliminer l’OL. Une performance majuscule qui n’a pas été suivie d’un sacre, le PSG s’inclinant en finale contre Francfort. Depuis, les Fenottes ont pris leur revanche en écrasant leurs rivales en 2016 (8-0) avant de leur ravir la couronne sur le fil en 2017 et de les priver de finale la saison passée. 

9 août 2020 (finale de coupe de France) : Christiane Endler des rires aux larmes 

Trois semaines avant d’en découdre lors du Final 8, Lyonnaises et Parisiennes ont eu le droit à une répétition générale en finale de coupe de France. L’occasion parfaite de refouler les pelouses après plusieurs mois de confinement mais aussi de garnir l’armoire à trophée. Et au petit jeu du collectionneur de médailles, les Rhodaniennes n’ont pas d’égales. Même quand leur sort semble être dans les mains du hasard, comprendre la loterie des tirs au but.

La gardienne du PSG Christiane Endler. ©Laura Pestel

Christiane Endler pensait pourtant avoir les déesses du football à ses côtés. Un violent orage a perturbé la rencontre, plongeant un stade de l’Abbé-Deschamps parsemé dans l’obscurité. Les intempéries avaient interrompu la finale deux ans auparavant lors du sacre des Franciliennes. La gardienne chilienne y a vu un signe du destin. Et après avoir repoussé la tentative d’Eugénie Le Sommer, elle a eu l’Olympe au bout de la semelle. Mais sa frappe a touché la transversale, et son club n’aura eu que l’argent. 

À lire aussi : Les chiffres clés du choc entre le PSG et Lyon

16 Novembre 2019 (9e journée de D1) : le match du titre devant 30 000 personnes

Qui aurait pu imaginer que le titre se jouerait dès la 9e journée de championnat ? Le match aller remporté par les Lyonnaises à domicile n’a pas eu son retour, la faute à l’interruption de la saison. Et la formation de Jean-Luc Vasseur a terminé avec trois petits points d’avance sur sa dauphine. Alors oui, bien plus qu’un énième affrontement à couteaux tirés entre les deux cadors de l’élite, cette rencontre a dévoilé l’identité du futur champion. 

Quiz : incollable sur les PSG-OL ?

Au moment d’aller sur le pré, les deux écuries sont à égalité parfaite. Cette saison plus que jamais le PSG voulait y croire. Alors, comme pour rappeler que D1 rime avec Rhodanien, le Groupama Stadium s’est paré de son plus bel habit. Celui qui glorifie ou lénifie l’équipe masculine. Le record d’affluence explose (30 661 spectateurs), et les rêves de centralisation avec lui. Lyon s’impose 1-0 grâce à un but de Saki Kumagai. 

21 septembre 2019 (trophée des championnes) : Les Lyonnaises dans la postérité

On prend les mêmes et on recommence. Pour la première édition du trophée des championnes, l’OL et le PSG se retrouvent une nouvelle fois en position d’écrire l’histoire. Si la postérité ne retient que le nom des gagnantes, les plus grandes rivalités donnent cependant naissance à de magnifiques perdantes. Maigre lot de consommation pour les protégées d’Olivier Echouafni, souvent à deux orteils d’y arriver, et éternelles secondes au palmarès.

Comme lors de la finale de coupe de France, les deux équipes ne sont pas parvenues à se départager au terme du temps réglementaire, Nadia Nadim ayant répondu à Amel Majri  (1-1). Et comme lors de la finale de coupe de France, Eugénie Le Sommer a été la seule lyonnaise à rater son péno. Une bis repetita absolue puisque Sarah Bouhaddi s’est une nouvelle muée en héroïne pour sortir deux parades et offrir la victoire aux siennes. 

13 avril 2019 (20e journée de D1) : une manita et puis s’en va  

A trois journées de la fin, les meilleurs ennemis de l’Hexagone sont aux coudes à coudes. 51 points chacune, et un match de légende pour les départager. Une semaine avant, Lyon a eu la bonne idée de laisser des plumes à Fleury (1-1) histoire que la course au titre soit relancée et la dramaturgie autour du match décuplée.

Le classement de D1

Malheureusement pour les unes, heureusement pour les autres, le choc a fait pschitt. Porté par ses stars (Ada Hegerberg, Wendie Renard, Eugénie Le Sommer) l’ogre du championnat a survolé les débats 5-0. Pour Paris, le scénario de la première manche où elles avaient fait plus que rivaliser (1-1) n’était plus qu’un lointain souvenir, de même que les rêves de se voir en or à la fin de la saison. 

Mickaël Duché
Photo de Une : Laura Pestel

2 commentaires

  1. […] À lire aussi : Retour sur les 5 dernières confrontations entre le PSG et L’OL […]

  2. […] À lire aussi : Retour sur les 5 dernières confrontations entre le PSG et L’OL […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
P