Primera División, Analyse

Pourquoi le Clasico féminin de dimanche est si important

Le Real et le Barca disputeront dimanche le deuxième Clasico de l'histoire du football féminin.

Barcelone et le Real Madrid, respectivement premier et second de la Primera Division, disputeront dimanche (12h) le deuxième Clasico de l’histoire du football féminin. Si le match aller avait largement tourné en faveur des Blaugrana (4-0), le club de la capitale espère bien réduire l’écart avec son rival historique.

Ce sont les deux meilleures équipes d’Espagne cette saison

Cela fait des décennies que l’Espagne assiste à la domination outrageuse du Real et du Barça dans le football masculin. Chez les femmes, il aura fallu attendre l’année 2020 pour que le premier affrontement au sommet ait lieu. Il faut dire que Madrid n’a créé sa section féminine que l’année dernière, devenant ainsi le dernier club professionnel du pays à le faire. La formation de la capitale est actuellement seconde. Elle devance Levante et l’Atlético de Madrid qui est traditionnellement la deuxième force ibérique.

Cette saison, les Blaugrana occupent la première place avec deux petites longueurs d’avance sur leurs rivales. Elles ont néanmoins trois matches en retard pour des cas de contamination au Covid-19 au sein des équipes adverses. En réalité, les tenantes du titre font cavalier seul avec douze victoires en autant de rencontres. Portées par leur attaquante nigériane Asisat Oshoala, elles ont marqué 69 buts, soit une moyenne de six par match, et n’en ont encaissé que deux.

Le Real est mieux préparé qu’à l’aller

Balayées 4-0 au match aller, les Merengue ont une revanche à prendre… Elles auront a minima le désir de faire meilleure figure. Le club de la capitale s’est renforcé cet été avec une dizaine de recrues dont deux internationales espagnoles (Ivana Andres et Marta Corredera). L’ampleur de leur revers inaugural face au Barça, qui s’est tenue dès la première journée de championnat, est donc à relativiser. À ce moment, la formation madrilène n’avait guère d’automatisme et n’était pas prête.

À lire aussi : Kosovare Asllani mène le Real Madrid vers les sommets

Depuis, le club reste sur une série très encourageante de onze victoires pour un nul et deux défaites. Surtout, elles ne se sont inclinées que d’un but face à l’Atlético Madrid mi décembre (1-0). Ce même Atlético qui a infligé au Barça sa seule contre performance de la saison en lui piquant la Supercoupe d’Espagne aux tirs au but le 13 janvier. La rencontre de dimanche sera donc un révélateur du vrai niveau des Merengue.

Le foot féminin espagnol a besoin de ce Clasico

Cette joute n’est pas seulement cruciale pour l’année en cours ou les prochains mois à venir. Il n’est pas tellement question de savoir qui sera champion en mai, le titre semblant promis aux Blaugrana. Ce Clasico au sommet revêt un caractère bien plus global. Il est une condition sine qua non pour que le football espagnol poursuive son ascension fulgurante.

La Primera Division a besoin de cette rivalité pour proposer une ligue plus attractive et plus compétitive. Les deux clubs pourraient, avec l’Atlético, se tirer la bourre et se renforcer plus efficacement leurs effectifs en vue des prochaines Ligues des champions. Les arrivées récentes des Suédoises Kosovare Asllani (9 buts) et Sofia Jakobsson (5 buts et 7 passes) en sont le parfait exemple.

Mickaël Duché
Photo © club du Real Madrid

1 commentaire

  1. […] À lire aussi : Pourquoi ce Clasico féminin était si important […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
P