L'actu Ligue des champions, Les notes

Les notes du PSG après leur victoire contre le Sparta Prague

Les notes du PSG face au Sparta Prague

Voici les notes du PSG après le succès des Parisiennes contre le Sparta Prague en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions. Si l’ensemble des joueuses a été au rendez-vous, Marie-Antoinette Katoto et Sandy Baltimore se sont démarquées.

Christiane Endler (5) : Comme la plupart de ses matches avec le PSG cette saison, la gardienne chilienne n’a pas eu grand chose à faire. Si ce n’est rien du tout. Elle s’est infligée une petite frayeur sur un dégagement chaud en fin de match. Rien à signaler.

Ashley Lawrence (7) : La Canadienne a livré une prestation XXL. Défensivement, elle n’a jamais été prise à revers. Offensivement, elle s’est montrée explosive et a causé de nombreux dégâts dans la défense adverse. L’arrière droit a fracassé la barre après avoir déposé son vis à vis (8e). Elle était ensuite récompensée en concrétisant un corner de Sandy Baltimore (66e).

Irene Paredes (6) : La capitaine du PSG a pleinement rempli sa mission. La serial buteuse de Prague, Lucie Martinkova, a été parfaitement muselée. Paredes s’est appliquée sur les relances et a gagné la plupart de ses duels.

Paulina Dudek (6) : Même bilan que pour Paredes. L’internationale polonaise a réussi son match, profitant il est vrai de la faiblesse de l’équipe adverse pour dominer. Ses transmissions rapides en une touche ont été cruciales pour accélérer le jeu.

À lire aussi : Les chiffres de la victoire du PSG face au Sparta Prague

Perle Morroni (6,5) : À l’instar de son pendant du couloir droit, Perle Morroni n’a jamais été inquiétée en défense. La Française a proposé de nombreuses solutions sans être décisive. Match plein.

Luana (6,5) : Absente des terrains pendant plus de trois mois, la Brésilienne retrouve petit à petit ses repères au milieu. Déjà buteuse contre Issy en championnat, elle a remis ça ce mardi avec brio. Un enchaînement de classe qui est venu couronner une performance plus que correct.

Grace Gayoro (5,5) : Plus la saison avance et plus on se dit que Grace Geyoro mériterait un peu de repos. Face au Sparta, la milieu de terrain a été moins en vue qu’à l’accoutumée. Il faut dire que son jeu exige une forme optimale et que les équipes qui proposent des blocs bas ne lui siéent guère.

Sara Däbritz (7) : L’Allemande n’a pas été directement décisive ce mardi mais qu’importe. Däbritz a été rayonnante dans le coeur du jeu. C’est également elle qui a orchestré le pressing en première période. De plus, sa technique a encore fait des merveilles.

Ramona Bachmann (6) : Préférée à Kadidiatou Diani dans le couloir droit de l’attaque parisienne, la Suissesse a été plus discrète que ses deux compères. Elle a su néanmoins saisir sa chance en concluant un joli numéro de Marie-Antoinette Katoto (55e). Bachmann a réalisé le geste parfait, un plat du pied, inscrivant ainsi son premier but en coupe d’Europe depuis des lustres.

Marie-Antoinette Katoto (8) : Deux buts, une passe décisive et une présence phénoménale… Que demander de plus ? C’est tout logiquement qu’elle obtient l’une des meilleures notes de ce PSG – Sparta Prague.

À lire aussi : Olivier Echouafni (PSG) : « Sandy est en pleine progression »

Sandy Baltimore (8) : La toute jeune Baltimore n’en finit plus de grandir. Du haut des 21 ans, elle a proposé un véritable récital contre Prague. Positionnée dans le couloir gauche, la Tricolore s’est promenée à droite pour offrir deux galettes à Katoto sur des actions similaires. Elles s’est ensuite offert un triplé de passes décisives. Brillante.

Olivier Echouafni (7) : L’entraineur parisien n’aurait pas pu rêver mieux. Cinq buts marqués, aucun but encaissé et la possibilité de faire souffler ses joueuses cadres (Katoto, Däbritz, Paredes, Baltimore etc). Pour ce match, Olivier Echouafni avait tout son effectif à disposition. En faisant le choix de titulariser Romana Bachmann, aux cotés de Sandy Baltimore et Marie-Antoinette Katoto, le coach parisien souhaitait miser sur la vitesse et la percussion de ses attaquantes afin d’élargir et fatiguer la défense tchèque. Pari réussi au vue du festival offensif proposé par les joueuses du PSG. Malgré un turnover important, Kadidiatou Diani n’a pas eu la moindre seconde de jeu durant la rencontre. Un manque de rythme qui pourrait porter préjudice à l’attaquante parisienne pour les prochaines rencontres.

Mickaël Duché et Clément Gauvin

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
P