lundi, octobre 25, 2021

Fran Kirby, le phénix de Chelsea – Deuxième chapitre

La buteuse anglaise Fran Kirby fait le bonheur de son club de Chelsea et de sa sélection nationale. Mais le parcours de la star a été semé d’embûches et prouve la force de caractère d’une jeune femme qui a su renaître de ses cendres plusieurs fois pour retrouver les sommets. Découvrez sur Footeuses le récit en quatre parties d’une destinée hors du commun.

La nouvelle icône anglaise, brillante mais si fragile

De l’anonymat le plus complet aux titres de la presse sportive, en trois ans seulement. Tout va très vite dans le parcours de Fran Kirby, en club comme en sélection. Appelée pour la première fois en équipe d’Angleterre en juin 2014, elle ne porte le maillot de l’équipe en match pour la première fois que deux mois plus tard. Lors d’une rencontre amicale face à la Suède et elle ne peut s’empêcher de ponctuer cette première sélection d’un but. 

La rapide attaquante a éclos soudainement, sans avoir beaucoup joué en sélection chez les jeunes. Un appel en U19, trois chez les moins de 20 ans. À peine a-t-elle eu le temps de s’illustrer avec la sélection britannique cette fois, pour des jeux universitaires, qui se tenaient en 2013 à Kazan.

Elle survole la compétition, avec 6 buts en 6 matchs. En finale, alors que la Grande-Bretagne et le Mexique sont dos à dos, le score étant de 2-2 à dix minutes de la fin, elle sort le grand jeu. Un doublé, une passe décisive et une dernière frappe, contrée in extremis par la gardienne mais reprise par une partenaire de la remuante buteuse, assurent le succès de son équipe sur un score finalement très large, 6-2. 

Bien qu’elle n’ait encore que 21 ans en 2014, elle est déjà chez les A. Star “silencieuse”, semblant parfois introvertie en dehors des terrains, elle conserve la confiance de Mark Sampson alors que la sélection anglaise progresse match après match. Elle est finalement appelée pour prendre part au Mondial 2015. Comme l’avait prédit sa mère. 

Buteuse en Coupe du monde

Fran Kirby est l’une des surprises de la liste, devenant la première joueuse de deuxième division nationale à être dans un groupe de mondialistes pour l’Angleterre. Et bien sûr, Kirby n’est pas venue que pour participer. Elle marque le premier but de sa sélection dans ce mondial 2015, lors du deuxième match de la phase de groupe, contre le Mexique. Une frappe du bout du pied qui trouve le poteau mais finit sa course au fond des filets. Son entraîneur se réjouit des performances de “mini-Messi”. 

« J’étais juste une jeune fille jouant en deuxième division, qui pour certains ne méritait pas de jouer une Coupe du monde. Donc me retrouver à être surnommée “mini-Messi” en direct à la télévision était plutôt intimidant. Je sais désormais que c’était aussi un énorme compliment », reconnaît la joueuse quelques saisons plus tard. Franche, directe, libre, la jeune attaquante devient rapidement une icône. 

Les mois qui suivent, Fran Kirby continue de se montrer décisive. Avec son nouveau club de Chelsea d’une part, marquant notamment en prolongation de la demi-finale de la Coupe d’Angleterre face au grand concurrent de Manchester City le 17 avril. Quatre jours après, c’est contre l’immense rival Arsenal qu’elle trouve le chemin des filets en championnat. Plus rien ne l’arrête. 

Idolâtrée…

D’autre part, en sélection, elle force l’admiration de ses partenaires. «Fran est une fille très concentrée, et ce qu’elle a traversé dans sa vie et la manière dont elle a travaillé dur par rapport à tout ce qu’elle a rencontré a porté ses fruits sur le terrain », considère Lucy Bronze. De son côté, Steph Houghton, l’une des joueuses phares de l’équipe d’Angleterre, compare Kirby à Kelly Smith, meilleure buteuse de l’histoire de la sélection. “Avoir quelqu’un comme elle dans votre équipe, qui peut faire basculer un match grâce à ses compétences et sa technique est quelque chose que peu de joueuses ont”, estimait la défenseure. 

Fran Kirby est en tout cas très fière de jouer sous le maillot des Three Lionesses. «Nous devons beaucoup aux femmes qui ont tant donné pour amener le football anglais où il est aujourd’hui. Nous avons un devoir non seulement envers elles mais aussi envers toutes les jeunes filles qui arrivent. Afin qu’elles aient l’opportunité d’aller dans une académie de football (…) » La star s’engage pour promouvoir un sport qui continue de guider sa vie. 

et récompensée

Les réussites continuent de pleuvoir. En avril 2018, Kirby est récompensée du titre de Joueuse de l’année du football britannique par la Professional Footballers’ Association et décroche également le “Football Writers’ Association Women’s Footballer of the Year”, inauguré cette année là et découlant du vote de 400 journalistes sportifs dans le pays. En octobre de cette même année, après un but de son attaquante dans la victoire 1-0 de l’Angleterre face au Brésil, le sélectionneur Phil Neville lâche un nouvel éloge de Kirby. 

Fran Kirby joueuse de la saison du championnat en 2018.
Fran Kirby avec son trophée de Joueuse de l’année en FWA Women’s. Photo © PRESS ASSOCIATION Photo. 10 Mai 2018, Credit : Steven Paston/PA Wire

« Je préfère ma numéro 10 à celle du Brésil, sans hésiter. » Phil Neville parle de Fran Kirby et de la légende Marta, six fois sacrée meilleure joueuse du monde. Il n’empêche, l’homme insiste. « Je crois que Fran ne mesure pas toute l’étendue de son talent. Elle sait pratiquement tout faire. » Tant et si bien que Kirby, classée 14e du premier classement du ballon d’or à la fin de cette année, est présentée comme l’une des meilleures joueuses de la planète alors que le Mondial 2019 approche. Tout cela semble idyllique, pourtant, le cauchemar n’est jamais loin.  

Blessures et mois d’enfers

Souvent, les talents bruts se révèlent aussi être fragiles. Fran Kirby est de ces joueuses qui n’ont pas été épargnées par les blessures. « Lors des deux saisons qui ont suivi son transfert à Chelsea en 2015, Kirby n’a débuté que sept matches en Women’s Super League. Au cours de cette période, elle a subi une fracture du genou, un œdème osseux, une tendinite rotulienne et une déchirure des ligaments de la cheville. Elle a subi des injections de PRP, elle a avalé des analgésiques, elle a suivi une hydrothérapie, un traitement par ultrasons et une thérapie magnétique », rappelle la Fifa sur son site. 

Fran Kirby face à Sakina Karchaoui (Montpellier) en mars 2018 en Ligue des Championnes. Photo ©Jérôme Flury

En mai 2016, Fran Kirby, au cours d’une rencontre avec Chelsea, subit un choc avec une défenseure. « J’ai immédiatement senti l’impact, mais je me suis simplement relevée et j’ai continué. Parce que l’on m’a toujours dit que je tombais au sol trop facilement. Que je restais trop longtemps par terre ou que je me plaignais pour des choses dont je ne devrais pas. » Au final, elle enchaîne les blessures et manque une grande partie de la saison 2016-2017. 

Elle ne lâche pas, gardant le moral en partie grâce à son nouvel animal de compagnie, un chien nommé Cody qu’elle affiche régulièrement sur ses réseaux. Elle retrouve finalement le terrain des pelouses, après “12 mois d’enfer”. À l’époque, les médias parlent d’un retour « incroyable au vu de la durée de son absence ». La buteuse était loin d’être au bout de ses ennuis. Après une nouvelle blessure au genou en avril 2019, c’est le 18 novembre de cette année que sa vie connaît un nouveau basculement.  

Retrouvez ici les autres chapitres de notre série sur le parcours de Fran Kirby :
Première partie : Une tragédie familiale avant le début de la gloire
Deuxième partie : La nouvelle icône anglaise, brillante mais si fragile
Troisième partie : Même tombée au plus bas, elle se relève encore
Quatrième partie : De retour au sommet, plus forte que jamais

Jérôme Flury
Photo © Sven Beyrich (El Loko Foto)/Wikimedia commons

Articles simillaires

- Advertisement -spot_img

ARTICLES LES PLUS LUS

P