dimanche, octobre 17, 2021

Le PSG s’incline à Barcelone et sort en demi-finale de Ligue des championnes

Battu par Barcelone (1-2) ce dimanche sur un doublé de Lieke Martens, le PSG est éliminé en demi-finale de Ligue des championnes. La réduction du score de Marie-Antoinette Katoto n’aura pas suffit.

Les Parisiennes avaient subi les assauts du Barça dans la première demi-heure du match aller avant de sauver le nul sur un coup de pied arrêté. Le scénario s’est répété ce dimanche même si ce fût encore plus difficile en terre catalane. Lieke Martens donnait cette fois-ci deux buts d’avance aux Espagnoles, les deux fois en profitant de grossières erreurs des latérales Ashley Lawrence et Perle Morroni.

À lire aussi : Le film du match

Tombeuses des quintuples tenantes du titre lyonnaises en quarts, les joueuses de la capitale semblaient une nouvelle fois condamnées à voir leur rêve s’échapper. C’est alors que Marie-Antoinette Katoto surgit de nul part trois minutes plus tard pour relancer le suspens et la vitalité de ses coéquipières.

L’attaquante de 22 ans, malheureuse dimanche dernier après avoir raté deux face-à-face avant la pause, profitait d’un cafouillage dans la surface pour fusiller Sandra Panos (34e). Katoto répondait donc au doublé de la Néerlandaise. Martens partait dans le dos de Lawrence dès la 8e minute pour ajuster Christiane Endler en ouvrant son pied (voir vidéo ci-dessus). Elle réceptionnait ensuite un centre de Caroline Hansen, laissée seule par Morroni, en devançant une nouvelle fois Lawrence (31e).

Paris au combat, trop juste sans Diani et Luana

Plombées par les errements de leurs latérales, par les limites physiques de Formiga et par un trop important déchet technique, les joueuses d’Olivier Echouafni ont survécu en instaurant un combat athlétique de tous les instants. Elles ont fait le choix de se positionner très haut, à l’image de Paulina Dudek et Irene Paredes qui ont chassé Jennifer Hermoso jusque dans sa moitié de terrain et qui ont récupéré une palanquée de ballons.

Le technicien français décidait de titulariser Ramona Bachmann dans le flanc droit de l’attaque pour inverser le rapport de force. La Suissesse a été la plus remuante. Elle a été à l’origine de plusieurs situations dangereuses (24e, 47e) mais elle a manqué l’occasion d’égaliser à l’heure de jeu après un beau décalage de Grace Geyoro.

Les entrées conjuguées de Nadia Nadim, Jordyn Huitema et Signe Brunn n’auront rien changé. Pis, elles auront souligné la faiblesse du banc parisien qui s’est avéré rédhibitoire pour un club qui rêvait d’une troisième participation en finale. Les absences de Luana et Kadidiatou Diani se sont fait ressentir avec violence.

Le Barça était trop fort

Les Barcelonaises ont tenu bon malgré les dernières incursions adverses et une ultime occasion de Katoto (75e). Elles auraient pu valider leur qualification plus tôt sur une énorme double occasion à vingt minutes de la fin. Hermoso trouvait le poteau et Marta Torrejon la transversale.

Endler a également retardé l’échéance en sortant cinq parades dont une de grande classe devant Asisat Oshoala qui venait de rentrer et qui s’était présentée seule face à la portière chilienne. Ses nombreuses opportunités attestent de la supériorité des Catalanes ce dimanche. Elles atteindront la finale pour la deuxième fois de leur histoire et tenteront de faire mieux que celle perdue (1-4) face à Lyon en 2019.

Mickaël Duché
Photo © Barcelone

Articles simillaires

- Advertisement -spot_img

ARTICLES LES PLUS LUS

P