mardi, octobre 26, 2021

Corinne Diacre explique pourquoi elle a rappelé Kheira Hamraoui

Au moment de donner sa liste pour le prochain rassemblement de l’équipe de France, Corinne Diacre a justifié la convocation de Kheira Hamraoui après deux ans et demi d’absence. Présente en conférence de presse ce jeudi avant les deux matches de qualification pour le Mondial 2023 contre l’Estonie et le Kazakhstan, la sélectionneure des Bleues a expliqué sa liste de 24 joueuses.

Corinne Diacre sur le retour de Kheira Hamraoui

Sur le retour de Kheira je vous l’ai dit : la porte n’est fermée à personne. Je fais ce que je dis. Il va falloir que j’aie une discussion avec Kheira sur les motivations qui m’ont poussée à la reprendre. C’est le projet que j’essaie de mettre en place avec ce dosage entre continuité et renouvellement avec un apport de jeunesse et d’expérience.

« J’espère qu’elle pourra apporter son expérience à l’Équipe de France et on va être attentifs à sa vie en dehors du groupe. »

J’espère qu’elle pourra apporter son expérience à l’Équipe de France et on va être attentifs à sa vie en dehors du groupe. Il faut ce mélange entre performance sur le terrain et bon état d’esprit dans la vie de groupe. Quand ont vit ensemble pendant 12 jours comme sur le rassemblement qui arrive mais aussi dans une grande compétition comme celle de cet été, il faut que tout le monde s’entende bien.

À lire aussi : Kheira Hamraoui appelée par Diacre en équipe de France

On a cet état d’esprit aujourd’hui. Je ne suis fermée à rien. L’apport des jeunes et des moins jeunes est bon. Il faut voir comment elles peuvent vivre ensemble. Il y a eu des évolutions ces dernières semaines, le groupe vit bien. Les résultats sur le terrain sont là aussi et c’est le plus important. Les rassemblements sont longs, les compétitions sont très longues, il faut donc que la vie de groupe soit bonne.

Sur Hawa Cissokho

C’est lié à la pénurie de défenseures due aux blessures, notamment de Wendie Renard et de Griedge Mbock. Griedge a une lésion musculaire et Wendie a malheureusement fait une rechute en fin de semaine dernière. On suit Hawa (Cissoko) depuis un moment, c’est sa deuxième saison en Angleterre. Elle n’a été pas épargnée par les blessures la saison passée mais cette saison, ça à l’air d’aller bien, elle joue. Je voulais la revoir avec nous.

« Certaines joueuses manquent d’expérience mais si on ne leur donne pas de temps jeu, elles ne l’auront jamais. »

Je ne suis pas inquiète par le manque d’expérience en défense centrale. On avait déjà pallier l’absence de Wendie contre la Slovénie en associant De Almeida et Tounkara. Certaines joueuses manquent d’expérience mais si on ne leur donne pas de temps jeu, elles ne l’auront jamais. C’est peut-être le bon moment pour les appeler. Il faut faire confiance et j’ai confiance en elles.

Sur Naomie Feller et Valérie Gauvin

Naomie Feller s’était blessée avec Reims, elle a pris le temps de revenir. C’est une jeune joueuse prometteuse. Après avoir discuté avec son coach, c’était le bon moment pour la voir. Sa présence induit que Valérie Gauvin n’est pas dans la liste.

À lire aussi : « L’ambition d’aller en finale de l’Euro » pour Corinne Diacre

Pour Valérie, il y a le faible temps de jeu (avec Everton) et le fait qu’elle est encore en difficulté avec un genou. J’ai préféré la laisser à disposition de son club pour qu’elle se sente bien, qu’elle soit enfin débarrassée de ses petits problèmes et qu’elle puisse revenir en forme. Elle a subi une petite intervention méniscale et a eu quelques soucis au retour. Son genou reste un peu douloureux.

Sur Amandine Henry et Eugénie Le Sommer

Je vous l’ai déjà dit dans un passé récent : la porte n’est fermée à personne. Je fais des choix. La preuve avec cette liste et le retour de certaines joueuses ou l’arrivée d’autres. Je construis des choses autour de certaines personnes en gardant ce dosage entre continuité et renouvellement mais aussi entre expérience et jeunesse.

Sur les deux prochains matches contre l’Estonie et le Kazakhstan

J’ai pour principe de ne jamais sous-estimer un adversaire. Tant que le coup de sifflet final n’est pas donné, il n’y a rien de facile. On a deux objectifs et ils sont simples : le premier sera de gagner et le deuxième de se faciliter la tâche en marquant le plus rapidement possible. Contre la Grèce (10-0, le 17 septembre), le match n’était absolument pas facile, c’est nous qui nous le sommes rendu facile. On va essayer de rééditer la même chose contre l’Estonie (22 octobre) et le Kazakhstan (26 octobre).

À lire aussi : Les Bleues joueront les qualifications pour le Mondial 2023 dans trois villes françaises différentes

Photo © FFF

Articles simillaires

ARTICLES LES PLUS LUS

P