lundi, décembre 6, 2021

Les Bleues déroulent contre l’Estonie, premières pour Feller, Tounkara et Toletti

L’opposition semblait déséquilibrée, cela s’est confirmé sur la pelouse : les Bleues ont largement battu l’Estonie (11-0) ce 22 octobre et prend 3 points de plus dans ces qualifications au Mondial 2023.

C’est sur ce genre de rencontre qu’il est possible de constater que les écarts sont encore très grands entre certaines nations dans le football féminin. L’Estonie n’a jamais pu répondre au duel physique, technique et tactique posé par l’équipe de France ce vendredi 22 octobre. À de rares exceptions près, les Estoniennes ont été en retard et trop faibles tout au long d’un match où elles ont malgré tout été valeureuses. Les bleues ont joué, ont marqué (beaucoup) et donnent un résultat probant à Corinne Diacre (11-0).

À lire aussi : Selon ses joueuses, Corinne Diacre « est proche de nous » et « fait même des vannes »

Le onze de départ évolue à presque chaque rassemblement, et dès les premiers instants du match, des combinaisons intéressantes étaient à relever côté bleu. En particulier celles entre Sakina Karchaoui et Delphine Cascarino à gauche. Alors qu’Amel Majri sera absente pendant de longs mois, l’entente entre l’ex latérale lyonnaise et l’attaquante de l’OL était visible. Karchaoui en profitait pour s’illustrer à de nombreuses reprises. Un centre à la 19e, un autre à la 24e, une frappe à côté à la 31e. Et un penalty obtenu à la 25e sur une percée dans la surface. Delphine Cascarino n’était pas en reste. Un tir au premier poteau arrêté (23e), un centre qui trouvait Toletti à la 28e, une frappe à côté à la 42e. Et un but, servi sur un plateau par la défense (30e).

La France aussi dangereuse à gauche… qu’à droite

Seulement, pour l’Estonie, le danger venait de partout. De l’autre côté, Périsset ne cadrait pas sur un centre de Diani mal repoussé après seulement deux minutes. Marie-Antoinette Katoto, la serial-buteuse, marquait à la 15e sur un centre de Périsset (2-0). Eve Périsset, encore elle, prenait la gardienne adverse à contre-pied sur le penalty obtenu à la 25e (3-0). Et centrait à la 43e mais la gardienne repoussait tant bien que mal.

L’Estonie était complètement étouffée par la France. Elle ne parvenait pas à enchaîner trois passes. Dégagements effectués en catastrophe, interventions timides… Les deux but contre-leur-camp inscrit dans la soirée témoignent aussi de cette passivité.

Au final, les Françaises ont déroulé. Grace Geyoro avait ouvert les hostilités à la 5e alors que la défense était aux abonnés absents. Après les réalisations de Katoto (2-0, 15e), Périsset (3-0, 25e) et Cascarino (30e), c’est Sandie Toletti qui marquait (5-0, 45e).

Six buts en seconde mi-temps, un doublé pour Tounkara

Le vœu de Corinne Diacre à la reprise du match ? « Pas de carton et pas de blessée ce serait bien. » Un souhait exaucé et la sélectionneuse a pu faire tourner. Perle Morroni et Kenza Dali remplaçaient Karchaoui et Toletti. Elles se mettaient rapidement en évidence. La milieu d’Everton provoquait le 6-0 (52e). Elle déboulait dans la surface et sa passe-tir était mise au fond des filets par une joueuse adverse.

À lire aussi : La soirée rêvée d’Aïssatou Tounkara

Diani, buteuse également sur un joli contrôle (7-0, 53e), était remplacée par Viviane Asseyi. Delphine Cascarino cèdait sa place à Melvine Malard (62e). Sur le terrain, les Françaises poursuivaient leur balade. Un centre était encore repoussé en catastrophe à la 64e, juste avant le 8-0 (Tounkara, 65e). La capitaine réalisait même le doublé (9-0, 72e). Un nouveau csc et une belle reprise de Dali venaient clore le score (11-0). Un match tranquille et trois points de plus.

Soir de premières
En bref, c’était une belle soirée pour les Bleues. Notamment deux d’entre elles, Sandie Toletti et Aissatou Tounkara. Les deux joueuses qui évoluent en Espagne marquaient toutes deux leur premier but en sélection. Toletti (19 sélections) exultait sur une tentative lointaine victorieuse à la 45e. Sa frappe rasante passait sous la gardienne (5-0). Aissatou Tounkara (26 capes) pouvait effectuer une originale célebration en position de yoga après sa tête rageuse et triomphale à la 65e (8-0). Et la capitaine du soir doublait même. Sur un coup-franc de Dali, la défenseure fusillait la gardienne en effectuant une reprise de volée. Plein axe, son tir surprenait la gardienne (9-0, 74e). Et une autre première est à relever : la sélection de Naomie Feller, entrée à la 76e.

Jérôme Flury
Photo © Laura Pestel

Articles simillaires

ARTICLES LES PLUS LUS

P