L’équipe féminine des USA obtient l’égalité salariale avec les hommes

La Fédération américaine de football s’est engagée, ce mardi, à payer les joueuses de l’équipe nationale des États-Unis autant que les hommes, comme ces dernières l’avaient réclamé après leur titre mondial en 2019.

C’est une grande victoire, peut-être même la plus belle pour les Américaines. Après six ans de lutte, la fédération américaine s’est engagée à payer l’équipe nationale féminine des États-Unis au même niveau que l’équipe masculine. Selon les termes de l’accord publié ce mardi, plusieurs dizaines de joueuses actuelles et anciennes de l’équipe nationale féminine se partageront la somme 24 millions de dollars, en plus de la promesse d’égaliser les salaires entre les équipes nationales masculines et féminines.

« L’U.S. Soccer s’est engagé à fournir un salaire à taux égal à partir de maintenant pour les équipes nationales féminines et masculines lors de tous les matches amicaux et tournois, y compris la Coupe du monde », détaillent les termes de l’accord transmis à l’AFP.

Un combat mené depuis 2019 aux États-Unis

L’accord trouvé ce mardi est le résultat d’un recours collectif déposé par les championnes du monde 2019 contre la politique discriminatoire de leur instance dirigeante nationale. Il reste désormais à toutes les parties de ratifier la convention collective pour détailler les modalités d’application.

La présidente de la fédération américaine Cindy Parlow Cone, elle-même ancienne internationale, avait dit en septembre espérer « harmoniser » les primes liées à la Coupe du monde pour les équipes masculine et féminine américaines, afin de régler le contentieux opposant l’instance aux joueuses de l’équipe nationale.

« Une victoire pour les femmes »

Dans la foulée cette annonce, la star américaine Megan Rapinoe s’est félicitée de l’avancée majeure qu’il représente dans l’histoire du football féminin. « Je pense que la chose dont … je suis vraiment fier, c’est que la justice revient à la prochaine génération sans jamais avoir à traverser ce que nous avons traversé. » En 2019, la joueuse de l’OL Reign accusait sans détour sa Fédération de « refuser obstinément » de payer ses joueuses et ses joueurs de manière équitable. « Évidemment, on ne peut pas revenir en arrière et effacer les injustices auxquelles nous avons été confrontées, mais il en ressort que cela ne pourra jamais se reproduire », a ajouté Megan Rapinoe sur la chaîne ABC.

À lire aussi : Les États-Unis déroulent face à la Nouvelle-Zélande en SheBelieves Cup

Pour Alex Morgan, cette annonce n’est pas une victoire pour le football féminin. « Je ne vois pas seulement cela comme une victoire pour notre équipe ou le sport féminin, mais pour les femmes en général », a aussi confié la star du San Diego Wave FC.

Clément Gauvin
Avec AFP

Photo © USWNT

Articles simillaires

Les plus lus