Laura Condon (Lazio Rome féminine) : « parfois les opportunités ne se présentent qu’une fois !»

Après un début de carrière en France, l’ancienne joueuse de Saint-Etienne et Soyaux, Laura Condon, a rejoint la Lazio Rome en janvier 2023. Elle nous a donné des nouvelles dans notre émission hebdomadaire sur Twitch.

Pourquoi avoir rejoint la Lazio au mercato hivernal ?

C’était un peu compliqué à Soyaux. Je jouais, cela se passait bien au niveau sportif tout de même mais bon, nous avions des résultats difficiles. J’ai eu l’opportunité de pouvoir partir à la trêve et d’avoir un nouveau challenge. Jouer des montées, c’est intéressant ! L’année d’avant avec l’ASSE, je jouais le maintien, c’était encore le cas sur les six premiers mois avec Soyaux.

Quand on est dans une spirale négative, il y a des moments où on ne prend plus trop de plaisir à jouer. J’avais envie d’un nouveau challenge, en plus cela faisait un petit moment que je souhaitais partir à l’étranger, c’était déjà ma volonté en début de saison, je n’avais pas pu. Là, j’ai franchi le pas. Je me suis dit aussi que cela pourrait me permettre d’évoluer, après n’avoir que joué en D1 et D2 française hormis une petit pige aux Etats-Unis.

Comment cela s’est fait, vous travaillez avec un agent, vous avez aussi regardé vers l’Espagne ?

Vers octobre-novembre, j’ai commencé à discuter avec un agent italien, qui est de Rome. J’ai eu de bons échanges avec lui, il m’a parlé d’un départ à la trêve. Il m’a mis directement en relation avec la Lazio qui cherchait un milieu de terrain. On est vite parti sur l’Italie mais c’est vrai que l’Espagne est un championnat qui m’a toujours intéressé car c’est un style de jeu que je prône, la possession.

À lire aussi : Retrouvez l’entretien complet en vidéo sur notre chaîne Twitch

Partir en milieu de saison n’est pas l’idéal, mais des fois les opportunités ne se présentent qu’une fois et il faut savoir sortir de son confort. Cela prend du temps, aujourd’hui je dois encore m’adapter à la langue, au style de jeu, mais c’est en changeant d’air qu’on évolue. On me chambre sur l’accent !

Est-ce que l’enchaînement de victoires que vous connaissez actuellement enlève de la pression ou en rajoute ?

Il y a une pression mais qui est différente de lorsqu’on joue le maintien et où la pression est négative. Dans le sens inverse, c’est plus positif, nous sommes en position où on a les choses en main, on prend le jeu à notre compte. Alors qu’en jouant le maintien, parfois on se met plus dans une position d’attente, à vouloir contrer. Je préfère, comme toute joueuse sans doute, avoir la possession !

Est-ce que la saveur de la victoire est différente lorsqu’on gagne trois fois dans une saison de lutte contre la relégation et lorsqu’on enchaîne 15 succès en course vers la montée ?

Il y a de la satisfaction dans chaque victoire mais c’est vrai que c’est différent. J’ai le souvenir dans certaines équipes où j’étais avec peu d’émotions positives, quand on gagnait, c’était comme si nous avions remporté la Ligue des champions ! Peut-être que j’aurai la même saveur en fin de saison si nous arrivons à terminer premières. Quand les victoires s’enchaînent, une forme de normalité s’installe.

Comment s’est déroulée ton intégration ?

Je me suis sentie à l’aise dans l’équipe, immédiatement très avenante avec moi. En revanche, dans le jeu, cela a été un peu plus compliqué. J’ai mis un ou deux mois à m’acclimater au jeu, différent de chez nous. Et je ne connaissais pas les coéquipières… En plus de cela, on ne m’a pas forcément mis à mon poste de prédilection. Je commence à être à l’aise. Cela aurait été plus confortable en arrivant en début de saison. Normalement, je suis milieu défensive, là j’étais plus sur les côtés d’un milieu en losange. Je suis assez lente (rires) ! On me demande plus offensivement.

À lire aussi : L’AS Rome s’envole en Serie A féminine, la Juve s’accroche

Vous avez remporté un Euro U19 et été finaliste du Mondial U20. Quelques années après, que vous reste-il de ces compétitions ?

Ce sont les meilleurs souvenirs de ma carrière. C’étaient des moments inoubliables, intenses. On se rend compte plus tard que de telles compétitions, on en joue très peu. Cela reste à vie. J’ai eu la chance d’être avec des joueuses exceptionnelles. C’est que du positif que j’en garde et ce sont des matchs où on apprend beaucoup. Quand on arrive à jouer avec ce type d’enjeu là, on arrive à avoir moins de pression positive. Je suis contente de voir aussi où sont arrivées certaines des joueuses que j’y ai côtoyées.

Et que vous-a-t-il manqué pour ne pas connaître la même carrière d’après vous ?

Si je savais ! Il y a beaucoup de choses sans doute. Il y a des filles qui étaient déjà au-dessus de la moyenne à cette époque. Et au milieu, il y a énormément de bonnes joueuses en France. Et ces filles-là sont dans des écuries autres que celles où j’ai joué.

Vous avez évolué à Saint-Etienne et Soyaux. Cette saison, les deux clubs pourraient se croiser, l’un montant en D1, l’autre descendant en D2. Avez-vous noté de grandes différences entre ces deux clubs ?

Il y a quelques différences. Au niveau des infrastructures, à Saint-Etienne, nous avions des terrains dédiés, des vestiaires à nous, des terrains d’entraînement, une salle de musculation. A Soyaux, c’était plus compliqué. Rien que pour avoir un terrain, on changeait souvent de terrain d’entraînement, pendant un moment nous étions même sur un terrain de rugby. J’étais quand même surprise, et même au niveau du staff, il était moins étoffé. C’était juste moins professionnel, j’aurais dû m’en douter puisque Soyaux est plus amateur. Mais c’est dommage, notamment pour le championnat.

Comment jugez-vous l’écart entre D2 française et féminine ?

C’est surtout au niveau des moyens, des infrastructures. À la Lazio, nous sommes au même niveau que les garçons, tout est mis en œuvre de la même façon. C’est tout bête, mais nos tenues sont toutes prêtes dans le vestiaire, ensuite on les met au sale, et le lendemain elles sont de nouveau là, toutes prêtes… On ne pense qu’au foot, l’extrasportif ne nous perturbe pas. Après, en termes de niveau, en France il y a un bon niveau et un bon vivier.

Photo © SS Lazio

Articles simillaires

Les plus lus

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicités détecté !!!

Nous avons détecté que vous utilisez des extensions pour bloquer les publicités. Veuillez nous soutenir en désactivant ce bloqueur de publicités.

Powered By
Best Wordpress Adblock Detecting Plugin | CHP Adblock
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accept
Decline
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Footeuses et un média d'actualité sur le football féminin. L’adresse de notre site est : https://footeuses.com

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias Football féminin

Si vous téléversez des images sur notre site de football féminin, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site de football féminin peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Transmission de vos données personnelles

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.

Vos droits

En application de la loi « Informatique et Libertés » et du RGPD, vous disposez des droits suivants :
  • • Droit d’accès aux données personnelles détenues par Libération
  • • Droit à la rectification de vos données personnelles
  • • Droit de ne plus recevoir de communications marketing
  • • Droit à la limitation ou à l’opposition au traitement des données personnelles, ou à leur effacement sous certaines conditions
  • • Droit de recevoir une copie des données à caractère personnel que vous avez fournies à Libération dans un format structuré, couramment utilisé et lisible par machine
  • • Droit de modifier ou de retirer à tout moment votre consentement, si vous avez volontairement fourni des données personnelles ou avez consenti à leur utilisation
  • • Droit de saisir l’Autorité de protection des données (en France la CNIL)
Vous pouvez exercer vos droits à tout moment en envoyant un email à l’adresse suivante : [email protected] Footeuses examinera votre requête et vous répondra dans le délai d’un mois. Si vous n’êtes pas satisfait de nos échanges, vous avez la possibilité de saisir la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) à l’adresse suivante : CNIL 3 place de Fontenoy TSA 80715 75334 Paris cedex 07
Save settings
Cookies settings