Ninon Blanchard : « Un honneur de jouer pour l’ASSE féminin » (vidéo)

Dans cet épisode de Parole de Footeuses, nous nous sommes rendus dans le département de la Loire pour y rencontrer une Verte dans l’âme. L’entretien complet de Ninon Blanchard, actuelle capitaine de l’ASSE féminin, en vidéo ci-dessous.

Originaire de la ville, Ninon Blanchard porte en elle les couleurs stéphanoises depuis sa naissance. Supportrice des Verts et des Vertes, elle passait ses week-ends au Chaudron, le stade emblématique de l’AS Saint-Étienne, entourée de sa famille. Porter les couleurs de l’ASSE féminin sur le terrain était donc une évidence. Cliquez ici pour voir l’interview complète.

« Je m’étais dit qu’au moment où j’arrêterai de jouer avec les garçons, j’arrêterai le foot »

Encore aujourd’hui, un grand nombre de jeunes filles démarrent le football avec les garçons, souvent dû à un manque d’équipes féminines. En général, elles rejoignent une section féminine qu’à leurs 15 ans (l’âge limite pour jouer en mixité). Pour Ninon Blanchard, la mixité n’a jamais été un problème. Au contraire, elle adorait ça, au point de ne pas vouloir intégrer une équipe féminine. Mais soutenue par ses parents et poussée par la passion du ballon rond, elle a décidé de continuer, et participer à des rassemblements dans la région, jusqu’à intégrer l’ASSE féminin.

« à l’heure actuelle je ne fais que du foot, je ne suis pas professeure d’EPS »

Alors qu’elle gravissait les échelons dans le football en évoluant dans les catégories, la jeune stéphanoise suivait en alternance, un parcours scolaire pour devenir professeur d’EPS. Un rythme conséquent, pas simple, qu’il fallait tenir pendant plusieurs années. Mais l’été dernier, diplôme en poche, elle signe un contrat fédéral avec le club qui lui permet de se consacrer 100% au foot, et de mettre en pause sa carrière dans l’enseignement. Une décision qui aura un impact important sur ses performances sur le terrain et sur sa fatigue mentale. Désormais, elle se rend à l’entraînement l’esprit libre de toute responsabilité ou interrogations extérieures.

« En D1 on étudie beaucoup le jeu des autres équipes »

À 23 ans, Ninon Blanchard évolue au poste de défenseure centrale en D1 féminine. Le haut-niveau lui donne accès à des outils importants dont fait partie l’analyse vidéo. Ça lui permet de se regarder à nouveau, à travers des séquençages individuels préparés par l’analyste. Mais aussi de revenir, lors de séances vidéos collectives, sur des points tactiques. Une pratique très répandue en D1 Arkema, mais qui a tardé à se mettre en place en D2 française.

À lire aussi : Avec Hamraoui et Diallo, le PSG s’impose largement à Saint-Étienne

À l’heure où le sujet du suivi psychologique dans le sport se démocratise, le club de Saint-Etienne a, depuis cette année, un préparateur mental auquel toutes les joueuses ont accès. Un outil que Ninon Blanchard ne se prive pas, elle qui a déjà ressenti, plus tôt dans sa carrière, le besoin de se confier. Être régulière toute une saison est très difficile, c’est pourquoi avoir un accompagnement mental est un outil majeur qui lui permet à la fois de se préparer avant aborder un match, mais aussi de relativiser sur ses performances personnelles.

« Les supporters, ça me met une bonne pression »

On ne peut pas parler de Saint-Etienne sans évoquer la ferveur des supporters. Très présents autour de l’équipe masculine, les Magic Fans viennent aussi encourager les féminines lors de leurs matches. Un soutien que Ninon affectionne tout particulièrement. Lorsqu’ils sont là, elle se sent galvanisée et donne tout pour leur montrer ce que dégagent les filles de l’ASSE. Certes, le chaudron ne leur a pas encore ouvert les portes, mais qui sait… seulement 200m séparent le Stade Salif Keita du Stade Geoffroy Guichard.

De quoi mettre un peu plus d’étoiles dans les yeux de Ninon, déjà bien émerveillée par tout ce qui lui arrive.

Notre entretien complet avec Ninon Blanchard (ASSE féminin) :

Nathalie Querouil

Photo © Footeuses

Articles simillaires

Les plus lus