Le président de Soyaux dénonce le comportement sexiste de Le Graët, une ancienne de ses joueuses lui répond

Dans une lettre ouverte, le président de l’ASJ Soyaux, Benoît Letapissier, dit « avoir honte » du président de la FFF Noël Le Graët suite à ses propos et comportements déplacés notamment envers les femmes. Anissa Lahmari, une ancienne joueuse du club charentais, s’est amusée de cette déclaration sous-entendant qu’il aurait les mêmes tords.

Petit à petit, la parole se libère. Après le témoignage accablant de l’agente Sonia Souid qui accuse Noël Le Graët, c’est au tour de la milieu de terrain de Guingamp Anissa Lahmari de s’exprimer sur les comportements déplacés dans le football. Et l’ancienne joueuse de Soyaux a profité de la lettre ouverte de son ancien président, Benoît Letapissier, qui a dénoncé le comportement du président de la fédération française de football ce mercredi.

À lire aussi : Stéphane Guigo quitte déjà l’ASJ Soyaux, Michel Bradaïa le remplace

Dans cette lettre ouverte, le dirigeant de l’ASJ Soyaux a été le premier président d’un club de football français à prendre la parole. Pour demander la démission de Noël Le Graët. « Il est temps que ça change. Depuis plusieurs années, le président de la FFF enchaîne les dérapages. Il tient régulièrement des propos d’un autre temps. Totalement inacceptables qui visent le football féminin, l’égalité femmes/hommes, l’homophobie. Et le racisme entre autres sujets » dénonce-t-il.

Anissa Lahmari tacle son ancien président à Soyaux Benoît Letapissier

Des propos qui n’ont pas tardé à faire réagir Anissa Lahmari. La joueuse de 25 ans, soldjacienne durant deux saisons, a publié un court message sur les réseaux sociaux. Et ne semble pas avoir complètement apprécié son passage en Charente. « L’hôpital qui se fout de la charité » a-t-elle réagi.

Cette réaction rappelle les nombreuses accusations parues dans plusieurs médias ces derniers mois envers l’ASJ Soyaux. Et notamment, sur les conditions de vie au quotidien des joueuses charentaises. Manque de personnel médical, absence de couverture sociale, salaires et primes pas toujours versés à temps, elles ont été la cause de nombreuses départs. Ce que le club a toujours réfuté.

Photo © ASJ Soyaux

Articles simillaires

Les plus lus