Mondial féminin 2023 : Quatre nations européennes déjà qualifiées

La France, la Suède, le Danemark et l’Espagne ont déjà validé leur billet pour la Coupe du monde féminine 2023 qui aura lieu en Nouvelle-Zélande et en Australie.

Le Danemark avait obtenu sa qualification pour le Mondial féminin 2023 bien avant tout le monde. Avant même cette trêve internationale qui a vu trois autres nations composter leur ticket : l’Espagne, la France et la Suède. Pour l’heure, quatre qualifiés de la Zone Euro sont donc déjà connus. Les autres devront patienter jusqu’à septembre prochain, après l’Euro féminin organisée cet été en Angleterre.

Le Danemark a écrasé le groupe E

Certes, les Scandinaves ont profité de l’élimination de la Russie en raison de la guerre en Ukraine. Il n’empêche qu’elles ont roulé sur tous leurs adversaires. Huit victoires en huit matches (dont une face à la Russie 3-1), 38 buts marqués pour 2 encaissés. La qualification des Danoises ne souffre d’aucune contestation. Elles possèdent 14 points d’avance sur la Bosnie-Herzégovine et leur première place ne faisait plus aucun doute depuis la mise à l’écart des Russes.

Kosovare Asllani permet à la Suède de finir en tête du groupe A

Il aurait fallu une fin de parcours catastrophique pour que la Suède ne termine pas première de son groupe. La qualification semblait n’être plus qu’une question de temps. Kosovare Asllani a décidé qu’elle se célèbrerait à domicile contre l’Irlande dès mardi soir (1-1). L’attaquante du Real Madrid a égalisé en fin de match alors que son équipe se dirigeait vers une défaite surprise qui aurait pu changer pas mal de choses (79e). Aujourd’hui, les Jaunes et Bleues ne peuvent plus être rejointes.

Si l’Irlande l’avait emporté en Suède hier soir… Si l’Irlande avait gagné ses deux matches en retard… Alors le pays britannique serait revenu à deux petits points de la tête. Et la Suède se serait retrouvée dans une position inconfortable au moment de disputer son dernier match en Finlande. Ça faisait quand même pas mal de « si » pour relancer le suspense. Et Asllani n’en voulait pas.

Le parcours sans faute de l’Espagne dans le groupe B

La Roja a fait encore plus fort que le Danemark. Les Espagnoles ont marqué 45 buts en six rencontres. Soit une moyenne de 7,5 buts par match. Surtout, elles n’en ont encaissé aucun. Mardi, elles ont validé leur première place par une victoire en Écosse face à leurs dauphines (2-0). Jennier Hermoso s’est offert un doublé : le premier sur un penalty obtenu par Alexia Putellas et le deuxième à la suite d’une talonnade géniale de sa partenaire du FC Barcelone féminin dans la surface.

La France sans trembler mais sans briller dans le groupe I

Le parcours de l’équipe de France féminine est très paradoxal. D’un côté, les Bleues terminent en tête à deux journées de la fin avec un bilan très positif (8 victoires en 8 matches, 40 buts marqués pour 3 encaissés). De l’autre, elles n’ont pas dominé la Slovénie et le Pays de Galles comme elles auraient dû le faire. Très accrochées, les rencontres de vendredi en terres galloises (2-1) et de mardi à domicile contre la Slovénie (1-0) en attestent. Les matches allers avaient également été très disputés, un peu plus tôt dans la saison. In fine, le résultat est là et la troupe de Corinne Diacre vers la Coupe du monde féminine sans passer par les barrages.

Mickaël Duché

Photo © Équipe suédoise de football féminin

Articles simillaires

Les plus lus