Les quatre Bleues qui ont marqué des points en octobre

Les Bleues Kenza Dali, Ève Périsset, Sandie Toletti et Melvine Malard ont séduit lors des deux rencontres de l’équipe de France en Octobre.

Quatre joueuses, pas forcément titulaires indiscutables mais pas là pour faire le nombre non plus, ont particulièrement géré leur rassemblement du mois d’octobre avec l’équipe de France. Si les deux adversaires affrontés par les Bleues – l’Estonie (11-0) et le Kazakhstan (5-0) – ne permettent pas de tirer des conclusions trop hâtives, Kenza Dali, Melvine Malard, Sandie Toletti et Ève Périsset ont marqué des points précieux en vue de l’Euro 2022 qui se profile et pour grappiller ou verrouiller une place dans l’équipe type.

Kenza Dali soigne ses stats

D’un point de vue purement statistique, l’influence de Kenza Dali sur les deux victoires enregistrées face à l’Estonie (11-0) puis au Kazakhstan (5-0) est tout simplement prodigieuse. La milieu de terrain d’Everton est impliquée sur 7 des 16 buts inscrits. Elle a marqué un but, provoqué un CSC et délivré deux passes lors du premier match à Créteil alors qu’elle n’a joué que la deuxième mi-temps. Quatre jours plus tard, elle disputait 67 minutes et en profitait pour ajouter deux passes et un pion.

À lire aussi : Les chiffres à connaître après la victoire des Bleues au Kazakhstan

C’est déjà elle qui avait planté l’unique but de la victoire face à l’Allemagne (1-0) en amical, le 10 juin, d’une frappe splendide des 30 mètres avant de sortir sur blessure. Au-delà des chiffres, elle offre une véritable alternative au milieu de terrain avec son profil très offensif et ses qualités techniques. La joueuse de 30 ans est même la seule à pouvoir proposer un tel attirail en l’absence d’Amel Majri. « Elle devient importante », a d’ailleurs glissé Corinne Diacre.

Ève Périsset passe une tête

Le couloir droit de la défense est l’un des rares postes de l’équipe de France qui n’a pas encore définitivement trouvé preneur. Il se pourrait bien que la situation, plutôt inquiétante avant ce moi d’octobre, se soit nettement éclaircie. La latérale bordelaise Ève Périsset a, au pire rebattu les cartes, au mieux gagné sa place dans le onze.

Avant ce rassemblement du printemps, Marion Torrent avait les faveurs de Corinne Diacre malgré des performances poussives aussi bien avec Montpellier qu’en sélection. Elle n’a pas joué une seule minute face à l’Estonie et au Kazakhstan au profit de Périsset qui a disputé l’intégralité des deux rencontres.

À lire aussi : Le festival offensif des Bleues face à l’Estonie en vidéo

Alignée d’entrée vendredi et auteure d’une très bonne prestation (1 passe, 1 but, pléthore de duels gagnés), l’habituelle doublure a une nouvelle fois fait forte impression à Noursoultan quatre jours plus tard. Périsset ne déçoit presque jamais avec Bordeaux et présente l’avantage de pouvoir jouer dans les deux couloirs.

Sandie Toletti en progression constante

« Ses performances sont bonnes. Je l’ai préférée un peu plus haut quand Ella Palis est entrée. Sandie Toletti, en sentinelle, seule, ce n’est pas ce que j’attends à ce niveau. Elle peut le faire mais il va falloir travailler« . Tel avait été l’avis de Corinne Diacre après la victoire face à l’Allemagne à Strasbourg.

À lire aussi : Sandie Toletti, une deuxième vie et un nouveau statut chez les Bleues

Depuis, les prestations de Sandie Toletti sont toujours bonnes, elle semble même prendre du galon au fil des trêves internationales. Surtout, le rôle de sentinelle qu’elle maitrise moins étant dévolu à Charlotte Bilbault, la milieu de Levante peut pleinement s’exprimer. Cerise sur le gâteau, elle a fêté son premier but avec l’équipe de France contre l’Estonie.

Melvine Malard buteuse et félicitée par Corinne Diacre

Mardi soir au Kazakhstan, Melvine Malard avait deux bonnes raison de se réjouir. Premièrement car elle a débloqué son compteur en équipe de France en marquant les quatrième et cinquième buts d’une rencontre qui était déjà pliée et durant laquelle elle a fait étalage de tout son potentiel. Deuxièmement car elle a reçu les louanges de la sélectionneure, celle qui décidera du groupe qui partira pour l’Angleterre l’été prochain. La première qu’il faut convaincre et séduire en somme.

À lire aussi: Corinne Diacre : « Melvine Malard est un exemple pour les jeunes »

« Melvine est une jeune joueuse qui n’avait pas encore trouvé le chemin des filets avec nous, a commenté la patronne des Bleues. Elle est performante en club et au quotidien, elle montre beaucoup de choses. Elle montre beaucoup d’envie, c’est vraiment un exemple pour nos jeunes. Il faut vraiment qu’elles suivent cet exemple-là, car Melvine est quelqu’un de très consciencieux, et je suis contente pour elle car elle est enfin récompensée de ses efforts. Maintenant que son compteur buts est ouvert, elle va pouvoir franchir une étape et aller chercher d’autres objectifs. »

Mickaël Duché
Photo © FFF

Articles simillaires

Les plus lus